20170917_112014

Si j'ai mes habitudes sur certaines épreuves, que j'inclus systématiquement à mon programme, comme les 20 km de Paris par exemple, j'aime aussi bien en découvrir de nouvelles. Et pour le coup, les 10 km de Joinville-le-Pont, ce n'était pas du tout prévu au programme. Initialement je devais le dimanche précédent faire la Course de la rentrée au Perreux, un 15 km que j'avais fait l'an passé et qui, bien que difficile, m'avait plutôt pas mal réussi. Mais des problèmes personnels ont fait que je n'étais pas du tout en mesure de participer. Le week-end suivant, pour essayer d'aller de l'avant et de ne pas me morfondre, je me suis, du mieux que j'ai pu, motivé pour me rattraper de ce renoncement sur une autre course. Il y avait quoi au programme ? Trois 10 km : celui de Suresnes, mais en fait il était annulé, celui de La Courneuve mais franchement c'est loin de chez moi, et puis celui de Joinville-le-Pont, à environ ¾ d'heure de chez moi. Bon allez, banco, à Joinville.

De Joinville-le-Pont, mis à part la présence d'un pont, la chanson et le fait que c'est une banlieue plutôt chic, je ne connaissais pas grand-chose. En fait ça m'a fait penser à la course du Perreux susmentionnée puisqu'elle se court en partie en bord de Marne. Le "village" départ est relativement loin du RER, il faut passer sur un pont, donc, puis traverser un quartier pavillonnaire pour le trouver sous un pont d'autoroute. Il s'agit probablement là de la plus petite organisation de course à laquelle j'ai pu participer : pas d'arche de départ, à peine une ligne tracée sur le sol, 3 petites tentes pour les inscriptions (possibles le jour J moyennant un supplément de 5 €) et la remise des dossards. Des retraités pour garder les intersections (en toute honnêteté question dispositif anti attentat, c'est très léger, mais bon, est-ce bien nécessaire ?) et pour orienter les coureurs : la course consiste en 3 tours de circuit d'environ 3 km, dont les deux premiers sont identiques mais pas le dernier, qui est un peu plus long, et franchement, j'ai failli me gourer et je ne crois pas être le seul, la petite flèche vers la droite dessinée par terre n'était franchement pas très voyante et pas très claire.

Mais au final, même si on aime bien les grosses machineries très rodées et confortables, l'émotion d'un nouveau dossard est toujours la même quelle que soit la course, et au final, ça consiste toujours en la même chose : courir le plus vite possible sur une distance donnée.

Ce matin-là, je me décide à y aller au dernier moment. Décidé mais pas motivé, et surtout très peu confiant en la météo. J'ai mis mon réveil à 8h (la course débute à 10h30, pour moi c'est vraiment bien), j'arrive à me réveiller… mouais, bon, dans le cirage mais il faut y aller. Je me prépare, je mange… Je m'apprête à partir. Je passe la porte et vlan, une drache bien comme il faut, The averse. Bon, qu'est-ce que je fais ? Je me recouche ? J'ai franchement très moyennement envie d'y aller. Mais bon, il faut que je me secoue. Je suis habillé, prêt à y aller… Le ciel a l'air de ne pas trop si couvert que ça, et puis je n'ai jamais couru sous la pluie, ce serait une expérience… Bon… allez merde j'y vais, après tout, être mouillé n'est pas mon plus gros souci… Au final je courrai sous un soleil pâle très sympathique. 

Un peu amaigri (ça a du bon les soucis) mais pas très gaillard, je ne sais pas trop comment mon corps va réagir. Je pars tout de même sur les bases habituelles d'un 10 km, un poil plus vite, 5s au km de moins, comme je l'ai déjà fait cette année et qui vivra verra. Le parcours est tout plat, avec un nombre de virages et de relances supportable. Et ce rythme, et bien, je l'ai tenu jusqu'à la fin sans souffrir de manière exagérée. Au final je me retrouve avec mon 3e meilleur temps, à 20 secondes du bon chrono que j'avais fait à la Solirun' 2016 où j'avais en revanche souffert le martyre pour tenir la cadence. Même si je me demande bien comment j'ai bien pu faire en septembre dernier pour faire 1 minute de moins sur la distance, je suis content de ma perf, j'ai un niveau très acceptable.

Un drôle de dimanche : une perf satisfaisante mais un 10 km fait avec la tête ailleurs…