Foulées de Vincennes 2018_Mairie

 

8 ans que je n'avais pas tenté cette course. C'était en 2010, je n'étais pas en forme, il faisait froid et je m'étais bloqué l'épaule en faisant de la muscu. J'avais fait un chrono minable et la seule chose dont je me souvienne, outre le ciel bas, c'était qu'il y avait beaucoup de monde. Une période où je n'avais pas le moral qui plus est. 

Cette année c'est différent. La météo est environ la même, mais ma forme est nettement meilleure (et mon moral aussi). Et je peux me servir de mes deux bras. 

Sur la lancée de la Corrida de Thiais, j'avais proposé à mon acolyte paternel de remettre ça, d'où notre présence ici. Un peu éprouvé par l'effort accompli aux 10 km du 14e 15 jours plus tôt, je ne suis pas fâché de lever légérement le pied et de n'être qu'accompagnateur (même si ça va vite quand même). 

Foulées de Vincennes 2018_retrait des dossards

La particularité des foulées de Vincennes, c'est qu'il y a 2 courses de 10 km : l'une, dite "compétition" pour ceux qui courent très vite (43' de temps moyen) et l'autre, dite "populaire" pour les autres. Ignorant la différence au moment des inscriptions, j'ai choisi la course "compétition". L'avantage c'est que comme ça va vite, même dans la seconde partie du peloton ça va vite et ça ne bouchonne pas, le désavantage c'est que ça commence à 9h30 (au lieu de 11h pour l'autre !). 

Le parcours, pour une fois, n'emprunte pas le Bois de Vincennes et ses allées étroites et poussiéreuses, mais les rues larges de Vincennes. C'est globalement tout plat, avec pas trop de relances. Deux boucles de 5 km. Un parcours où on peut courir vite et faire un chrono. 

Foulées de Vincennes 2018_départ

Partis plus prudemment qu'à Thiais, on a vite trouvé un rythme de croisière. Même lorsqu'on n'est pas à bloc, ça va tout de même vite, un 10 km. C'est vraiment intense. L'ambiance est assez sympa mais vu la vitesse, les coureurs ne sont pas bavards. Les kilomètres passent vite et dans le dernier, je vois qu'on est légérement mieux que la fois d'avant et que mon compagnon V3 n'est pas loin de réaliser les minima pour le championnat de France. Si si, j'vous jure !! 9e kilomètre, il suffirait de faire à bloc celui qui reste et c'est jouable. Mais c'es ce moment là qu'il choisit pour... lever le pied !! J'essaie bien de le "tirer" mais non, le dernier kilomètre sera notre moins rapide et nous nous faisons même redoubler par des gens qu'on avait dépassés. Je le croyais tout simplement fatigué ou au maximum, mais il me fournira cette explication déroutante : "ben non, j'étais pas à fond, j'ai ralenti parce qu'on était presque arrivés". Que répondre à ça ?! Tout le monde n'est pas compétiteur dans l'âme. Chrono de 13 secondes meilleur qu'on novembre, mais les minima ratés pour 12 secondes... c'est rageant (enfin pour moi !). 

Après la course, dans le vent froit et très humide, il ne fait pas bon s'attarder et on rentre vite se mettre au chaud. 

Ce dimanche c'était donc réveil tonique. Moins confortable que la grasse mat' mais meilleur pour l'estime de soi !