20190224_100514

 

20190224_120253

Troisième volet de mon polyptique hivernal : après le 10 km et le 5 km : le 15 km, en attendant les deux dernière distances en mars avril (semi puis marathon).

C'est une sorte d'accomplissement que de me présenter au retrait des dossard à Charenton-le-Pont car ça fait un paquet d'année que je voulais participer, mais invariablement je dois y renoncer : blessures, climat, méforme, crève.

Cette année sera la bonne, et en plus il fait beau.

Il fait beau… mais froid ce matin… après de 17 ans de course à pied je ne sais toujours pas comment m'habiller. Là encore je fais l'erreur classique : trop me couvrir. Autant c'était glacial en partant de chez moi, autant quelques temps plus tard au soleil, en fait c'était supportable.

20190224_115600

20190224_120201

20190224_120255

Le parcours est constitué de 2 boucles de 7,5 km, un peu en ville et surtout dans le sud du bois de Vincennes (on passe même devant le zoo). C'est plat, aucune difficulté. Ou plutôt si : l'organisation du départ. Il y a beaucoup de monde (les 15 km sont rares dans le calendrier, je n'en connais que 3 en Île-de-France) et pas de départ par salves. Du coup, même si l'avenue où se situe le départ est assez large, dès le premier carrefour on se retrouve dans des petites rues, compressés les uns les autres (ce qui fait évidemment ralentir tout le monde) et surtout sans visibilité sur les nombreux obstacles du parcours (trottoirs, poteaux, plots, trous), d'autant plus qu'il manque de personnes pour signaler efficacement les dangers. Résultat 3 chutes autour de moi dans les 2 premiers km. Il faut vraiment que les organisateurs revoient leur début de course, ça ne me pousse pas à avoir envie de revenir.

Lorsque le peloton s'est enfin étiré, on peut courir plus à son aise et essayer de rattraper les secondes perdues. Comme je l'ai indiqué le parcours est facile (malgré de relances) et plutôt agréable, surtout sous le soleil. Moi, en revanche, je ne suis pas au top et au final j'aurai 1 minute de plus que ce que j'espérais car les 5 derniers km ont été pénibles. Sur le moment j'ai eu tendance à remettre en question ma préparation durant laquelle j'ai un peu zappé l'endurance au profit du fractionné (faut dire que faire des sorties longues quand on est en train de déménager, ce n'est pas simple), mais à la réflexion, je pense qu'il y a aussi un facteur alimentation, mon petit déj' était probablement un peu insuffisant. Et puis il faut aussi relativiser, le chrono était quand même correct malgré ma mauvaise fin de course.

20190224_115039